La reine de la conversation en soirée

« Tu veux être la reine de la soirée ? Maîtriser le small talk ou l’art de la conversation légère pour rencontrer de nouvelles personnes ? Alors lis cet article ! » Me propose un ami, qui m’a invitée à son anniversaire le soir-même, avec une trentaine de personnes que je ne connais pas.

Faut dire ce qui est, je suis aussi à l’aise avec des inconnus, qu’un canard en talons aiguilles. Mais l’article sur le small talk m’a donné les clés pour engager une conversation facilement.

1er conseil, ne pas poser de questions dont la réponse peut être une monosyllabe. Par exemple, la question « ça va ? » est à proscrire.
Ça va ? Oui. Fin de la conversation.
A l’inverse, ne pas procéder à un interrogatoire qui ferait fuir l’interlocuteur.

Des règles assez simples et en fait plutôt évidentes pour se sentir à l’aise en soirée.

21h. j’arrive sur les lieux avec mon mari et mon frère. Au pire, si nos tentatives de communication avec le monde extérieur échouent, nous pourrons passer la soirée à 3.

21h10. J’alpague quelqu’un. La force de l’easy talk est en moi.
– Salut, tu t’appelles Bruce, c’est ça ?
– Oui, mais on se connaît ?
– Toi tu ne me connais pas , mais moi je t’ai vu sur Facebook. Comme j’aime bien tes commentaires, j’ai cliqué sur ton profil. Tu viens de déménager, c’est ça ? J’adore la déco de ton nouvel appart ! Et ton chat Gribouille, trop mignon ! Tu es venu avec ta copine ?
– Euh… Excuse-moi, je dois dire bonjour aux autres.
– Pas de problème ! A tout à l’heure, Bruce !
La soirée commence plutôt bien.
– Mais qu’est-ce que tu fais ! M’engueule mon frère.
– Tu veux que les gens te prennent pour une psychopathe ? Rajoute mon mari.
– Quoi ! Je m’intéresse aux autres, c’est tout ! Je connais tous leurs profils Facebook par cœur, c’est un atout non négligeable pour amorcer une conversation, non ?

21h35. Notre ami nous propose à boire.
– Vodka ? Rosé ?
– Non merci, plutôt un jus de fruit pour moi. Je suis allergique à l’alcool, tu sais.
– Au fait, si vous voulez que je vous présente aux autres…
– T’inquiète pas. On se débrouille comme des chefs !

22h20. Quelqu’un approche. Ne pas louper le coche.
– Bonsoir ! Enchantée ! Lui ai-je lancé, tout sourire.
– Bonsoir.
– Ça va ?
– Oui.
Merde, j’ai dit « ça va ». Quelle erreur de débutante… C’est trop tard, il est parti.
Finalement je prendrais bien un petit verre de rosé.

22h35. Amorce de discussion, quand j’ai marché sur la robe d’une nana et qu’on a regardé si elle était déchirée (la robe, pas la nana).

23h10. Il est très bon ce champagne ! Et la vodka aussi. Mais finalement un peu fadasse, le rosé.

23h40. Je squatte devant le buffet. Quiconque voudra du cake aux olives devra me parler.
– Pardon, j’aimerais pouvoir me servir, si ça ne te dérange pas de te pousser un peu, me demande un type avec un nez et des cheveux.
– Très bon cake, n’est-ce pas ? Lui ai-je répondu sans me décaler.
– Je ne sais pas, je n’ai pas encore eu l’opportunité d’atteindre le plat…
– Tu sais Hervé – car je sais que tu t’appelles Hervé, vu que j’ai regardé ton profil Facebook -, tout dialogue avec vous étant impossible, je suis obligée d’en arriver à de telles extrémités, mais sache bien que je voulais juste rencontrer des gens et leur parler tout simplement. Je t’aurais demandé par exemple ce que tu penses de la carrière cinématographique d’Harrison Ford ou bien si tu sais ce que deviennent les limaces et les escargots quand il fait chaud. C’est intéressant comme questions, non ? J’avais même préparé une liste de sujets légers, parfaits pour une soirée, mais Hervé j’ai l’impression que tout ça ne t’intéresse pas…
– Euh… Ce n’est pas moi Hervé… Et c’est pas grave pour le cake, je vais prendre des petits fours !

Minuit.
– Tu as plein de plaques rouges sur la peau, la sœur ! Me dit mon frère.
– Oh je sais, encore mon allergie à l’alcool… Pourtant je n’ai bu qu’un verre ou deux de chaque bouteille. Mais d’ailleurs, t’étais où pendant tout ce temps ?
– Je suis sorti fumer une clope et j’ai discuté avec une fille.
– QUOI ? Sans moi ? Mais j’aurais pu te conseiller sur la marche à suivre ! J’espère au moins que tu ne lui as pas demandé « ça va ? ».
– Si, je crois bien que ça m’a échappé.
– Ah, malheur… Que de désillusions, que d’espoirs avortés.
– Mais on a quand même parlé pendant une heure !
– Il faut pourtant se rendre à l’évidence : nous sommes encore et toujours seuls parmi la foule… Dis-moi, toi tu sais ce que deviennent les escargots quand il fait chaud ?

2 commentaires sur “La reine de la conversation en soirée

  1. Valérie
    15 décembre 2015 à 20 h 19 min

    Je ne sais pas si c’est une histoire vraie ou imaginaire mais en tous cas j’ai bien ri !! Franchement Joan je ne prends pas assez le temps de laisser des commentaires mais j’adore tous tes posts et dès que je vois le mail arriver, je me précipite pour les lire !

  2. Cochon
    16 décembre 2015 à 8 h 55 min

    Merci beaucoup Valérie ! Ton message m’a fait très plaisir ! :)
    Mes articles sont toujours fortement inspirés de la réalité, même si je change quelques détails pour une narration plus fluide !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *