Grosse à perpétuité

Il y a toujours une fille plus grosse que les autres dans un groupe. Et c’est souvent moi. Mais c’est pas grave, je me suis fait une raison. J’endosse mon rôle de boudin, en me disant que quelque part j’apporte du bonheur à mes amies. Elles paraissent encore plus minces et belles à côté de moi.

Ainsi parlait ma belle-sœur.
Ma jolie belle-sœur, avec son teint diaphane, ses grands yeux sombres, sa chevelure rousse et ses belles rondeurs. Vous voyez « La naissance de Vénus » de Boticelli ? Et bien c’est elle. Mais une Vénus contemporaine, formatée par les canons de beauté de notre société, obsédée par sa cellulite et continuellement mal dans sa peau. Et il n’y a aucun moyen de la raisonner. Elle tourne en boucle comme si un virus s’était introduit dans le système.

– Je n’aurais pas dû accepter d’aller à la piscine avec mes copines. C’est immonde, je déborde de partout dans mon maillot de bain.

– Mais non, ai-je répété pour la millième fois. Tu es très bien comme ça, arrête de te pourrir la vie ! De toute façon, tu ne seras jamais satisfaite de ton apparence, tout simplement parce que l’image que tu as de toi est complètement déformée. Et tu pourras suivre n’importe quel régime, tu ne te sentiras jamais assez mince.

– Peut-être… me répondit-elle. Je vais essayer de ne plus y penser. Et toi, ça te dirait d’aller avec nous à la piscine ?
– Oh non, moi je suis beaucoup trop grosse…

2016_02_09_complexe

4 commentaires sur “Grosse à perpétuité

  1. Olivia Ladybird
    10 février 2016 à 13 h 39 min

    Alala, c’est bien au moins ça t’auras permis de faire face à ta propre contradiction ;)

    En espérant que tu dépasseras au plus vite ce complexe :)

  2. Cochon
    10 février 2016 à 15 h 03 min

    J’ai une certaine tendresse pour le corps des autres avec ses défauts (kilos en trop, marques de l’âge), que je n’ai pas du tout pour le mien. – Quand je parle de défauts c’est uniquement par rapport à des normes de beauté dont on nous bourre le crâne –

    Autant je peux trouver sexy un homme bedonnant ou une femme ronde, autant il me paraît insupportable d’avoir du gras. Et tout le discours que je tiens à ma belle-soeur, je pourrais déjà commencer par l’appliquer à moi-même, ça serait pas mal :)
    Mais même si j’en suis consciente, ça demande un vrai travail sur soi.

  3. Elodie S
    11 février 2016 à 6 h 32 min

    C’est exactement ça. Je « pardonne » facilement aux autres ce que je suis incapable de me pardonner moi-même, j’excuse les autres là où je n’arrive pas à me trouver des excuses et je trouve beau sur les autres ce que je trouve si horrible sur moi ….

  4. Cochon
    11 février 2016 à 8 h 18 min

    Il faudrait changer de point de vue, se dire qu’on est notre meilleur(e) ami(e) et se regarder avec autant d’amour qu’on le fait avec nos proches.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoires *